J’aimerai vous raconter l’histoire d’une de mes stagiaires et du miracle dont j’ai été le témoin !

Une session de formation de sophrologie comme une autre.

Comme certains d’entre vous le savent déjà, j’enseigne la sophrologie à des futurs sophrologues.

Lors de la session que je donnais il y a quelques années, il y avait une jeune fille de 27 ans qui a rapidement attiré mon attention.

Celle-ci ne tenait absolument pas en place, ni pendant les sessions théoriques ni pendant les pratiques.

Et cela a duré jusqu’au milieu du troisième module de deux jours.

Quand je lui avais demandé si elle avait un problème, elle était restée évasive en me disant qu’elle avait simplement mal au dos.

Au cours du troisième module, elle a commencé à être plus stable et à dire qu’elle s’était sentie bien en position assise.

Lors du module suivant, nous avons appris une technique de représentation mentale pour faciliter la réparation des tissus et la guérison appelée la psychoplastie sophronique.

Cette fille a paru intéressée par cette technique mais sans plus.

Parallèlement à ça, elle restait maintenant parfaitement droite sur sa chaise pendant toutes les séances et exprimait qu’elle se sentait vraiment bien à l’aise en position assise.

Cet article participe au festival la croisée des blog du site developpementpersonnel.org et organisé par Hannah du blog www.forme-sante-ideale.com voir article : Croisée des Blogs: écrivez aujourd’hui votre article sans le remettre au lendemain!

Le compte rendu final

A la fin de la première année de formation, je demande aux stagiaires de me rendre un compte rendu écrit de leur vécu au cours de cette formation.

Et en lisant le compte rendu de cette fille j’ai été très étonné d’apprendre qu’elle était arrivée en novembre avec une scoliose de 40 ° non évolutive qu’elle trainait depuis plus de 10 ans et qui la faisait énormément souffrir tout au long de la journée.

De plus sa scoliose était telle qu’elle rendait très dangereuse la possibilité d’être enceinte, à la fois pour elle et pour le bébé éventuel.
Elle avait donc plus ou moins renoncé à la maternité avant de commencer la formation.

Mais laissons-la  se présenter elle-même :

Qui je suis ?

Je suis une jeune femme de 27 ans, née fille unique avec un petit défaut au bassin. Rien de bien grave sur le moment mais qui a causé deux scolioses lors de ma croissance dont voici les radios :

 

 

Une scoliose non évolutive et extrêmement douloureuse !

Une première scoliose (radio de gauche) au niveau dorsal à convexité droite évaluée à 18 ° et une autre (radio de droite)  au niveau des lombaires convexité gauche, évaluée à 40 °.

Ces deux scolioses ont été qualifiées de no évolutives et non corrigeables sauf intervention chirurgicale lourde et avec effets secondaires difficiles.
Je suis obligée de voir mon kiné toutes les semaines pour soulager temporairement mes douleurs.
J’ai essayé toutes sortes de méthodes (reconstruction posturale, chiropractie, ostéopathie…) mais rien n’a pu me soulager sur le long terme.

Mes symptômes :

  • Migraines cervicales récurrentes (période : hebdomadaire minimum ; durée : jusqu’à 48 h)
  • Organes compressés : douleurs abdominales
  • Difficultés à respirer due à une cage thoracique plus petite
  • Deux sciatiques permanentes au niveau du bassin
  • Fortes tensions musculaires tout au long de la colonne vertébrale et en particulier aux trapèzes/nuque, entre les omoplates et au niveau lombaire.
  • Morphologie différente d’un être humain normal (même si ça ne se voit pas quand je suis habillée) avec une réelle difficulté à l’accepter.
  • Fatigue corporelle permanente mais à intensité variable dans la journée.
  • D’après deux spécialistes, une grossesse sera très difficile et voire peut-être compromise due au manque de place et au niveau de compression de ma scoliose sur mon abdomen.

Cela va sans dire que je n’ai pas une minute sans douleur, et que je ne connais pas la quiétude et la détente musculaire.
Pour moi faire un simple mouvement comme marcher, conduire, ou même me servir une tasse de café devient un combat contre la douleur et un mécanisme de compensation musculaire pour atténuer les effets et paraître « normale aux yeux des autres ».
Aucune position ne me convient.
Que je sois couchée, assise, debout, je ne peux rester dans la même position plus de 10 minutes.

La métamorphose !

Elle expliquait ensuite radios à l’appui, que grâce à la sophrologie et notamment à l’exercice spécifique de réparation, son dos s’était en six mois, redressé et ne présentait maintenant plus qu’une courbure de 22 °.
C’était 18 ° de moins qu’avant la formation.
Elle pouvait donc maintenant envisager une grossesse avec sérénité.

Mais écoutons-la plutôt :

L’exercice qui m’a le plus marqué est la psychoplastie sophronique.
C’est un outil que j’ai utilisé et réutilisé pour ma scoliose.
J’ai travaillé dessus chaque jour, pendant parfois plusieurs heures, parfois seulement quelques minutes.
Je l’ai littéralement inséré dans mon quotidien.
Au bout de quelques temps, j’ai constaté que mon dos me faisait moins mal, et même que mon corps changeait visuellement.
Chaque matin, en me regardant dans le miroir, je voyais une légère différence.
Au début, je n’y croyais pas…
Et puis, mon époux me le fit remarquer : « c’est bizarre, tu es moins tordue » m’a-t-il dit !
J’ai donc fini par accepter ce changement et accueilli ce mieux-être.

 

Enfin, j’ai décidé de faire une nouvelle radio le 3 mai dernier, pour essayer de quantifier ce changement…
Et en voici les résultats :

 

 

Grâce à son travail acharné, elle a réduit sa scoliose !

Comme on peut le constater sur les radios ci-dessus, ma 2ème scoliose, niveau lombaire, initialement à 40° (radio de gauche), est passée à 22,3° (radio de droite) soit près de 18° de moins
Ce changement me permet aujourd’hui d’envisager une grossesse normale, chose qui m’était impossible il y a encore 6 mois seulement, justement à cause de cette scoliose de 40°.

 

Difficile d’avoir plus de preuve pour démontrer à quel point la Sophrologie a eu un impact sur moi.
Je n’aurais jamais pu imaginer cela avant, moi qui était un « cas clinique » présenté aux élèves du CHU de Montpellier pour montrer à quel point une scoliose pouvait être importante et NON-ÉVOLUTIVE.
Qu’on ne pouvait rien faire pour la redresser sans passer par de lourdes interventions chirurgicales et sans garantie d’une nette amélioration de mon quotidien.

 

Autant dire que lorsque j’ai vu les résultats de cette radio, mes jambes ont fléchi, mon cœur s’est mis à battre comme jamais, il m’a fallu m’asseoir, et le radiologue a dû m’apporter un verre d’eau et m’a proposé un sucre pensant que je tournais de l’œil.

 

Une expérience magique, que je pourrais qualifier comme étant l’une des plus belles de ma vie.
Telle une malade condamnée à vivre avec son mal toute sa vie, qui par un miracle, s’en trouve presque guérie, et possède en plus un outil lui permettant d’aller plus loin dans sa guérison.

 

Je perds mes mots, je n’en trouve pas pour décrire cela !

Je dois dire que les larmes de joie me sont venues au visage en lisant son compte rendu et j’en suis encore ému en en parlant.

D’autant plus qu’elle a été enceinte depuis, et a donné naissance à une jolie petite fille 14 mois après la fin de la formation.

Que pensez-vous de cette histoire ? En avez-vous une autre à raconter ?

Répondez et partagez dans les commentaires ci dessous !

Luc Mister-no-stress – Votre coach anti-stress en ligne

Cliquez ici pour découvrir la méthode NERTI (Nettoyage Émotionnel Rapide des Traumatismes Inconscients)

Vous avez apprécié cet article ?

Faites le savoir en cliquant sur les boutons facebook, twitter et google + juste à gauche de cet article !

Vous apprécierez aussi certainement un de ces articles :