Les personnes soumises à un stress chronique perdent du volume de cerveau notamment au niveau du cortex préfrontal.

 

Le stress mange le cerveau

Le même phénomène a aussi été remarqué chez les personnes atteintes de dépression.
Une étude menée par Ronald Duman, professeur de neurobiologie, de psychiatrie et de pharmacologie à l’université de Yale et publiée le 12 Août dernier dans la revue Nature Medicine a cherché à comprendre ce qui produisait cette perte neuronale.

Plus de stress = moins de cerveau !

Les troubles cognitifs et comportementaux des grands stressés et des grands dépressifs sont liés à une perte de neurones dans la région du cerveau appelée le cortex préfrontal.
Cette zone est, entre autre, responsable de la régulation des émotions et de l’humeur.
C’est pourquoi sa détérioration aggrave les symptômes de stress et de dépression.

Le stress empêche le fonctionnement des synapses

Comment expliquer ce phénomène ?

Pour comprendre le phénomène physiologique responsable de cette perte de matière du cerveau, les chercheurs ont analysés des tissus cérébraux de patients stressés et d’autres pas ou peu stressés.
Sur ces tissus ils ont testés la densité et l’activation ou la désactivation des gènes.
Ils ont alors pu remarquer une désactivation de l’expression de 5 gènes nécessaires au bon fonctionnement des synapses.
(Les synapses sont les points de contacts qui permettent de transmettre les influx nerveux entre les neurones.)
La régulation de ces 5 gènes semble être sous le contrôle d’un facteur de transcription unique appelé GATA1.
(Le facteur de transcription est responsable de l’utilisation ou pas des parties de gènes dont il s’occupe, on l’appelle aussi interrupteur génétique.)

Le coupable : l’interrupteur neuronal GATA1 !

Si on active artificiellement  ce fameux GATA1 chez les animaux, cela provoque un syndrome dépressif et une augmentation de la sensibilité au stress.
Cela suggère que GATA1 est à la fois responsable de produire l’état dépressif et à la fois inhibiteur du fonctionnement des synapses.

L’interrupteur neuronale GATA1 augmente la sensibilité au stress !

Pourquoi cela fait-il fondre le cerveau ?

Le dysfonctionnement des synapses permet d’expliquer la fonte neuronale.
Les neurones se renforcent et se multiplient surtout quand ils sont sollicités.
La baisse, voire la disparition de la stimulation au niveau de synapses va donc provoquer l’amoindrissement, la détérioration puis l’élimination des neurones concernés, d’où la perte de la masse cérébrale.
C’est un peu le même phénomène que le muscle qui grossit quand on le sollicite en pratiquant du sport.
Et qui fond quand on arrête la pratique.

Comment empêcher notre cerveau de se dissoudre ?

Or il existe des exercices dont on sait qu’ils sollicitent et activent spécifiquement le cortex préfrontal en question.
Ce sont tous les exercices de sophrologie, de méditation, de pleine conscience et autres disciplines de la même famille.

Cela permet d’expliquer leur efficacité pour traiter le stress et la dépression.

Pour garder ou reconstruire vos neurones, pratiquez la sophrologie !

Alors si vous voulez éviter de perdre du cerveau mettez-vous tout de suite à pratiquer !
Vous pouvez déjà commencer par les exercices proposés gratuitement sur ce blog dans le coaching anti-stress de 21 jours.

Alors ? Qu’en pensez-vous ? Qu’allez-vous faire ?

Répondez à ces questions dans les commentaires ci-dessous pour faire avancer le débat !

Prenez soin de vous et n’hésitez pas à découvrir NERTI sur mon autre site.

Luc Mister-no-stress – Votre coach anti-stress

Vous avez apprécié cet article ?

Faites le savoir en cliquant sur les boutons facebook, twitter et google + juste à gauche de cet article !

Vous apprécierez aussi certainement un de ces articles :

Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net