Cet article est la suite de celui-ci : Comment un stress perturbe les rapports humains (1/2)

Résumé de l’article précédent :

Dans cet article, nous avons vu que les relations humaines sont dépendantes de deux facteurs principaux : les habiletés de communication d’un côté, et l’état émotionnel des personnes en présence de l’autre côté.

Nous avons montré que le stress provoque une « Inhibition corticale » qui débranche littéralement le cerveau.

Nous avons aussi remarqué que tout influence tout en nous, et que, quelle que soit la porte d’entrée, elle modifiera l’intégralité des paramètres du stress.

Nous avons commencé à explorer les différentes manière de régler ce stress à court terme et à long terme, en commençant par la porte d’entrée chimique.

Nous avons ensuite abordé la porte d’entrée physiologique par la première clé basée sur le travail de la respiration.

Nous nous étions arrêté à ce moment là.

Notre état émotionnel modifie nos relations

Notre état émotionnel modifie nos relations

Suite de l’article :

La deuxième clé physiologique d’un stress sera le tonus musculaire

Le tonus musculaire tout comme la respiration est la fois sous le contrôle du système nerveux autonome et sous notre contrôle.

Comme pour la respiration, il peut être contrôlé par le système nerveux autonome et aussi en prendre le contrôle en retour.

Le système parasympathique produit une baisse du tonus, une détente musculaire.
Et la détente musculaire dans l’autre sens va activer le système parasympathique.

Modifier notre tonus musculaire modifie notre état de stress !

Modifier notre tonus musculaire modifie notre état de stress !

Comment obtenir cette baisse de tonus ?

Nous allons proposer quatre approches différentes et complémentaires :

Première approche pour les personnes très tendues qui ne parviennent jamais à se détendre : l’approche paradoxale.

Nous allons utiliser le réflexe du corps de revenir systématiquement à son homéostasie, son point d’équilibre.
Pour cela, nous allons artificiellement augmenter la tension des muscles pour obliger le corps à se relâcher et à faire baisser le tonus.

Un stress forcé provoquera en retour une détente !

Contractez pour relâcher !

Contractez pour relâcher !

L’exercice va donc consister à inspirer fortement puis en bloquant la respiration, de contracter une partie ou tout le corps pendant quelques secondes.
Puis de relâcher tout sur le souffle pour profiter du réflexe de relaxation du corps.
(Vous pouvez en avoir un exemple en audio sur cette page : se débarrasser du stress négatif)

Deuxième approche pour la plupart des gens : l’approche réflexe de détente.

Notre corps cherche à faire le moins d’effort possible naturellement.
Cette approche va utiliser cette faculté en prenant conscience des différentes parties du corps.
Pour cela, l’exercice de base le plus simple est le parcours corporel.

Parcourez mentalement votre corps pour vous relaxer !

Parcourez mentalement votre corps pour vous relaxer !

Pour cela il suffit de porter l’attention dans une partie du corps et de la ressentir le mieux possible.
Puis de déplacer l’attention dans une autre partie et ainsi de suite dans tout le corps sans chercher à faire quoi que ce soit et d’observer comment la détente musculaire s’installe naturellement.
(Vous en avez un exemple en audio sur cette page : se relaxer et être moins stressé par le parcours corporel)

Troisième approche nécessitant un peu plus d’habitude : l’approche par les sensations particulières.

Quand nous sommes détendu, nous ressentons des sensations particulières qui sont spécifiques à chacun : chaleur ou fraîcheur, pesanteur ou légèreté, fourmillements, gratouillements, chatouillements …etc.
Quand on les connaît, le simple fait de chercher à ressentir ces sensations particulières suffit à induire la détente, grâce à la boucle de rétro-action.

Quatrième approche qui peut nécessiter la présence d’un tiers : l’approche mécanique.

Dans cette approche nous allons mécaniquement étirer les muscles pour provoquer leur détente.
Cela peut se faire par des étirements du style stretching ou par des massages dont les vertus apaisantes ne sont plus à démontrer.

Le massage destresse !

Le massage destresse !

La troisième clé physiologique antistress sera l’attitude physique

La façons de se tenir permet instantanément de savoir dans quel état émotionnel nous nous trouvons.
Par la boucle de rétroaction, nous pouvons changer notre attitude physique pour influer sur notre mental et notre niveau de stress.

 

Souriez pour libérer un stress

Souriez pour libérer un stress

Le plus simple, le plus évident et le plus efficace des changements d’attitude est celui affiché sur notre visage par le sourire.
Notre sourire modifie instantanément la physiologie en réduisant toutes les réactions inflammatoires produites par le stress (voir l’article : sourire fait baisser le stress).

La quatrième clé physiologique sera la façon de bouger

Une personne énervée stressée bouge de façon saccadée, heurtée, rapide.
Elle va parler vite et fort.
Grâce à notre fameuse boucle de rétroaction, nous allons pouvoir inverser le processus en faisant des gestes lents, souples et mesurés.

Bouger calmement calme !

Bouger calmement calme !

De la même manière, en parlant lentement, posément et doucement nous allons activer le système parasympathique et obliger notre physiologie à ralentir.

La porte d’entrée de la pensée

En modifiant notre pensée et notre façon de voir les choses, nous allons forcément modifier la réponse physiologique.
Nous allons proposer trois façons de modifier ce qui se passe dans notre tête : le recadrage, la dissociation et le questionnement positif.

Le recadrage

Souvent, le stress est du à la façon dont on explique la situation stressante.
Face à un entretien d’embauche, on se dit par exemple que le jury va être contre nous, qu’on n’est pas à la hauteur ou que le poste sera attribué au « piston ».

Le recadrage va consister à trouver d’autres explications qui peuvent être aussi vraies (ou aussi fausses) mais plus positives comme par exemple que le jury, va être sous le charme, que nous sommes exactement la personne qui correspond à ce poste, ou que le poste nous est destiné.

Ces deuxièmes explications ne sont peut-être pas vraies mais elles ont le mérite de nous mettre dans un état d’esprit plus conformes à une communication saine et à des relations humaines harmonieuses.

Imaginez ce vous voulez !

Imaginez ce vous voulez !

La dissociation ou distanciation

Quand on est stressé, une expression populaire dit qu’on est « la tête dans le guidon ».

C’est à dire qu’on est totalement associé à ce qui se vit, on ne perçoit qu’une petite partie de la situation.
En prenant du recul, nous allons pouvoir évaluer l’enjeu réel de la situation stressante.

Pour cela une méthode très facile est de se demander quel est le pire qui puisse arriver ?

On se rend souvent compte qu’il n’y a pas « mort d’homme ».
Que rien de plus terrible que notre situation actuelle ne risque de nous arriver.

Cela est régulièrement le cas dans les disputes, cette simple question permet souvent de se rendre compte de l’insignifiance du problème d’origine.

Nos questions nous stressent !

Nos questions nous stressent !

Le questionnement positif

Les gens stressés (comme les dépressifs) se posent souvent des questions qui commencent par « pourquoi » et qui se continuent par un problème.
Par exemple, « pourquoi je n’arrive pas à communiquer », « pourquoi ça m’arrive à moi », « pourquoi on se dispute sans arrêt » ?

Le fonctionnement de notre cerveau fait que pour comprendre et réfléchir à cette question, nous sommes obligé mentalement de recréer le circuit mental du problème.
Nous renforçons alors ce circuit mental problématique au lieu d’y trouver des solutions.

Le questionnement positif va consister à utiliser cette même capacité du cerveau pour construire et renforcer un circuit mental de solution.
Le questionnement positif va, la plupart du temps, commencer par « comment » et se continuer par une solution.

Par exemple : « comment puis-je faire pour établir une communication harmonieuse », « comment être plus calme », « comment être plus en harmonie » ?
De cette façon notre cerveau va renforcer automatiquement les circuits mentaux des solutions et faciliter leur mise en œuvre.

Les questions positives nous éclairent et nous destressent !

Les questions positives nous éclairent et nous destressent !

Dernière porte d’entrée : l’état émotionnel

La qualité des relations humaines est évidemment aussi directement tributaire de nos états émotionnels.
Non seulement par rapport au stress, mais aussi le fait de se sentir en confiance, en relation, en harmonie, en symbiose…etc. va faciliter grandement la qualité de nos relations.

Or nous pensons à tord que seules la qualité de la relation peut provoquer ces sentiments.

Nous allons voir qu’en fait nous pouvons tout à fait les générer grâce à trois clés différentes.
Nous allons les exposer brièvement car elles feront l’objet d’un autre article ultérieurement.

Première clé : les évènement ressources

Nous avons tous dans notre vie ressentie à un moment ou à un autre une de ces émotions positives que nous voulons revivre.

Il suffira alors de retourner mentalement dans le souvenir pour recréer dans notre corps cette émotion porteuse de qualité relationnelle.

Pensez aux moments ressources pour en renforcer l'expérience !

Pensez aux moments ressources pour en renforcer l’expérience !

Deuxième clé : le lieu ou paysage ressource

Nous pouvons aussi imaginer retourner dans un paysage ou créer mentalement un lieu qui nous inspirera l’émotion choisie.

Il arrive souvent que nous ayons besoin de ces émotions positives dans des lieux et des moments où il sera difficile d’évoquer les événements ou ces lieux ressources.
Heureusement nous avons un truc pour déclencher à volonté les émotions choisies grâce à la troisième clé.

alement dans votre lieu ressources pour vous recharger !

Destressez-vous comme en prenant des vacances virtuelles !

Troisième clé : l’ancrage ou signe signal

Nous avons tous une chanson ou un parfum qui nous rappelle une émotion ou une personne particulière. Cette chanson ou ce parfum sont des ancrages ou signe signaux émotionnels.

Ils se sont créé automatiquement en nous, mais la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons aussi en créer à volonté.

Pour cela il suffit de se mettre dans l’émotion que l’on cherche à ancrer (avec le plus d’intensité possible) et de faire un geste particulier. En répétant plusieurs fois la même opération avec une intensité maximale, le geste particulier sera alors associé à l’émotion ressource choisie.

Il suffira alors de refaire ce geste particulier dans la situation où nous avons besoin de cette émotion ressource.

Nous avons vu précédemment comment gérer le stress à court terme.

Il serait temps de voir comment nous pouvons le gérer à long terme afin de pouvoir rester stable en toutes situations.

Le travail à long terme

Nous avons vu en début d’article que ce travail à long terme va dans deux directions complémentaires : le nettoyage et le renforcement de la structure.
Nous allons juste survoler ce sujet qui fera l’objet d’un autre article.

 

Allumez la lumière est le meilleur moyen de chasser l'ombre !

Allumer la lumière est le meilleur moyen de chasser l’ombre !

Le nettoyage émotionnel

Le travail de nettoyage va pouvoir se faire avec un travail thérapeutique accompagné par un professionnel de la psychothérapie.

Je recommanderai des outils qui vont directement travailler dans le cerveau émotionnel comme NERTI (Nettoyage Émotionnel Rapide de Traumatisme Inconscient), IMO (Intégration par les Mouvements Oculaires), EFT (Emotionnal Freedom Technique) ou TIPI (Technique d’Intégrations des Peurs Inconscientes).

NERTI une synthèse de ces différents outils que j’ai inventée, que j’utilise régulièrement à mon cabinet et que j’enseigne.

Vous pouvez en voir les résultats filmés par M6 dans cet article « Comment se débarasser d’une phobie en une séance » ?.

Devenez aussi puissant que la grande muraille !

Devenez aussi puissant que la grande muraille !

Le renforcement de la structure de la personnalité

Pour le renforcement de la structure, la pratique la plus efficace que je connaisse est la sophrologie et notamment le travail sur les exercices corporels du premier degré comme ceux qui sont proposés gratuitement sur cette page « 21 jours pour ne plus être stressé en 5 minutes de sophrologie anti-stress ».

Alors pratiquez-les le plus régulièrement possible comme de la musculation émotionnelle…

 

Et vous, que vous inspire cet article ?
Comment allez-vous l’utiliser pour changer votre vie ?

Répondez dans les commentaires ci-dessous pour enrichir le débat !
Votre avis est important !

Prenez soin de vous
Luc Geiger – Mister No Stress – Votre coach anti-stress en ligne

Vous avez apprécié cet article ?

Faites le savoir en cliquant sur les boutons facebook, twitter et google + juste à gauche de cet article !

Vous apprécierez aussi certainement un de ces articles :

Crédit photo : http://www.stockfreeimages.com/